Les dragons sont aussi des montures

Bien souvent, dans les récits de Fantasy, les dragons sont décrits comme des bêtes féroces que le protagoniste de l’histoire doit occire soit pour sauver le monde soit parce qu’ils figurent parmi les nombreuses péripéties ou épreuves qu’il doit traverser pour réaliser sa destinée. Cependant, dans certains romans, les dragons, sans nier leur caractère de dangerosité, sont utilisés comme montures par les humains. La relation humain-dragon est donc sensiblement différentes et de celle, classique, à l’image du Seigneur des Anneaux et du combat entre Barde et Smaug.

under_the_lonely_mountain_by_ninjatic-d6yfn83
Smaug, par Ninjatic

51whuskyzbl-_ac_ul320_sr198320_

Dans la Trilogie des Rois-dragons de Stephen Deas, des alchimistes humains droguent les dragons depuis des millénaires afin de s’en servir comme montures. Ici, les dragons ne sont pas libres de leurs mouvements. Le récit, assez politique, tourne autour des rois dragonniers et de leur relation avec les dragons qui se compliquent lorsque l’un des reptiles se sèvre de la drogue et prend conscience de la réalité de sa situation d’esclave.

24870Dans le Cycle de Pern d’Anne McCaffrey, les dragons sont indispensables à la survie de l’homme contre la menace des Fils, des filaments qui tombent comme la pluie sur la planète. Les dragons sont utilisés comme des montures par une caste privilégiée, mais ici les reptiles sont le fruit de plusieurs altérations génétiques perpétré par l’homme. Les dragons sont donc une création de la main de l’homme uniquement dans le but d’être utilisé par lui.

l-heritage-tome-1-eragon-895

Dans le Cycle de l’Héritage de Christopher Paolini, les dragons possèdent un grand pouvoir. Ce sont eux qui choisissent leur futur dragonnier grâce à un pacte établi avec les humains et les elfes. Ici, les dragons sont considérés comme une espèce à part entière, douée de raison et de parole ayant leur propre libre arbitre. Ils se lient aux hommes seulement par leur volonté et pas à n’importe qui. Il n’y a pas de relation de domination.

Les trois exemples présentés ici montrent la diversité de traitement que les auteurs peuvent avoir quand ils utilisent les dragons comme des montures. Ce sont des alliées de poids, de prestiges, mais aussi des combattants qui permettent de voyager haut, loin et rapidement à la différence des classiques équidés. Il est intéressant de voir que la vision du dragon a ainsi évolué depuis les premiers récits mythiques même si cette évolution est intervenue très tardivement.

On peut noter une constante chez les auteurs. Il y a une différence de classe entre les dragonniers et les autres. En effet, chevaucher un dragon n’est pas un acte ordinaire, il est réservé à une classe sociale supérieure ou spécialisée. Le dragonnier est souvent le héros de l’histoire quand ce n’est pas le dragon lui-même qui le devient.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s